les basses de Lalatte

On espérait l’épave de la Houle, la mer nous emmènera aux basses de Lalatte. Peu de luminosité mais une très belle visibilité au fond et de belles rencontres.

la psychédélique raie brunette est au rendez-vous.
Elle ressemble un peu à un très grand papillon de nuit aux ailes déployées.
Sans parler de ce merveilleux petit œil avec des cils en guide de diaphragme.
Plus classique mais toujours aussi joli, les roses de mer.
Un gros plan des polypes (par groupes de 8) d’une gorgone.
Grâce à Pierre Cottin et son livre sur les espèces de la baie, j’identifie maintenant les éponges adreus,
les éponges tubes de fer,
et les éponges mousse de carotte.
Nous croisons une galathée.
N’oublions pas les poissons, surtout des vieilles.
Ou encore un rouget barbet.

Les commentaires sont fermés.