La Houle

Toujours une plongée d’exception pour quelques privilégiés. On se demande toujours si le mouillage n’a pas ripé, si la visibilité nous permettra de localiser l’épave.
Nous sommes vite rassurés en voyant le banc de tacauds compact qui la dissimule.
L’araignée mâle donne l’impression de protéger sa femelle du défilé incessant.
Les poissons à barbillon s’écartent pour nous laisser entrapercevoir un premier congre.
Les congres n’hésitent pas à sortir.
Et ça se croise, et ça repasse.
Fabuleux ballet.
Quand les tacauds s’écartent, on découvre un treuil pour remonter le chalut.
Hervé découvrant l’épave en reste pantois.
Le filet du chalut est tout bien enroulé.
Je ne sais pas combien de congres résident dans un espace aussi restreint…
Un petit bonjour de Christophe, de passage au club.
On fait un dernier tour, pour dire au revoir à tout ce petit monde.
A 35 mètres, le temps passe vite, un palier à 6 mètres, un autre à 3 mètres et on ressort pour naviguer escortés par les dauphins.
Merci à Gilles pour les délicieux kouignamans dégustés en remontant à bord.

Les commentaires sont fermés.